Fille arabe Feministe 9

Les arabes appelés ainsi, une fois installés, vont progressivement se créer un mode de vie au travers de leurs comportements, modes vestimentaires, musiques ou encore humour arabe, qui s'équilibre parmi la culture arabe et française. Cette culture arabe-française est mal désignée par les français ce qui va encore plus alimenter les tensions raciales, d'où une Marche pour l'égalité et contre le racisme en 1983 qui sera surnommée « La marche des beurs ». C'est à partir de là que le terme devient populaire et entre dans le dictionnaire en 1985.

À Tunis, la manifestation organisée par ADAM mêle tables rondes et interventions artistiques. Sur l'avenue Bourguiba se site officiel produit un groupe de Taïfa, musiciens noirs venus du sud du pays. Après la prestation, les militants sont pris à partie par une demi-douzaine de Tunisiens dits liliaux”, visiblement offensés : Il n'y a pas de racisme en Tunisie ! Où vois-tu la discrimination ? Vous divisez la Tunisie !”. C'est le déni endémique, que dénoncent inlassablement les antiracistes tunisiens. Dans la cohue, quand Sofiene, conseiller et membre d'ADAM, est apostrophé sans attendre en français - Quel est le problème ?” -, il répond en arabe, d'un ton las : C'est ça le problème !”. Il est tunisien et, vu qu'il est noir, on s'adresse à lui comme à un étranger.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *